Jade Thau

Doctorante AMU (ED355)

Coordonnées
Courriel

Domaines scientifiques
Histoire politique et sociale, histoire de l’art

Thématiques de recherche
Vietnam, propagande, discours par l’image, communication politique, arts

Langues
Français, Anglais (courant), Vietnamien (langage usuel), Espagnol (langue comprise).

Thèse
« L'affiche de propagande vietnamienne de 1945 à nos jours : entre manipulation idéologique et communication institutionnelle, approche de la rhétorique visuelle d'un médium à la portée de tous ». Sous la direction de Philippe Le Failler et Nora A. Taylor. École doctorale 355 : Espaces, Cultures, Sociétés.

Parcours
2008 – 2011 : Licence de l’école du Louvre, spécialité arts et archéologie de l’Inde et de l’Asie du Sud-est.
2010 – 2013 : Licence de Vietnamien à l’INALCO, mention communication interculturelle.
2011 – 2014 : Master recherche en muséologie de l’école du Louvre, spécialité arts et archéologie de l’Inde et de l’Asie du Sud-est.

Recherche

Au Vietnam, la propagande politique se développe en 1945, moment de l’émergence d’un mouvement d’indépendance du peuple vietnamien face au régime colonial français. Les artistes, pour la plupart formés à l’École des Beaux-Arts de l’Indochine à Hanoi, se rallient à la cause révolutionnaire d’Hồ Chí Minh et mettent leur talent au service des affiches révolutionnaires. En 1954, la victoire du Vietnam contre les Français à Điện Biên Phủ marque la fin de la guerre d’Indochine. Les élections nationales prévues par les accords de Genève n’ont jamais lieu et laissent le Vietnam divisé selon les lignes de la Guerre Froide : au nord, la République démocratique du Vietnam d’Hồ Chí Minh est soutenue par une coalition sino-soviétique tandis qu’au sud, la République du Vietnam dirigée par Ngô Đình Diệm est soutenue par les Américains. Au nord, le réalisme socialiste devient l’art officiel d’État normé par la censure, des affiches sont distribuées dans tout le pays grâce à l’introduction de nouvelles technologies permettant d’en imprimer en suffisamment grande quantité. Depuis, les affiches officielles dont le contenu est contrôlé par l’État, ont accompagné tous les grands événements et le quotidien des Vietnamiens.

En tant qu’outil de communication entre gouvernants et gouvernés, l’affiche de propagande est non seulement le reflet de la réalité des hésitations, des revirements et accommodements des dirigeants, mais elle permet également de percevoir les réalités sociales du pays. D’une part, l’analyse du discours proposé par ces images et de leurs usages en contexte nous permettra dans un premier temps de cerner le modèle idéal proposé par les gouvernants. Puis, la confrontation de ces images à la réalité aura pour objet de mettre en évidence les points d’opposition entre l’histoire et le discours afin d’appréhender les stratégies de communication politique employées par le pouvoir. D’autre part, pour obtenir l’adhésion des groupes sociaux auxquels il s’adresse, le propagandiste doit s’adapter à leurs références, utiliser leur langage et leur culture. Ainsi, l’étude de ce corpus comprenant environ 1500 affiches (de 1945 à nos jours) nous offre non seulement un panorama des différents groupes composants la société vietnamienne et leur évolution au cours du temps, mais aussi, elle fait état de leurs représentations et de leurs références. Cette recherche permet donc de poser des questions de sens, d’imaginaire, de représentations et de schémas culturels.

Enfin, dès les prémices de l’art contemporain vietnamien, art et politique sont intimement liés. L’affiche de propagande est un témoignage du statut du peintre qui se trouve en position de médiateur entre gouvernants et gouvernés. Ainsi, nous nous interrogerons également sur la place de l’artiste et son évolution dans la société vietnamienne, son rôle dans la construction de l’histoire, et inversement, sur le rôle du politique dans l’art.