ERC Elites

Informations : https://enepchina.hypotheses.org/

Christian Henriot, professeur d’histoire de la Chine à l’université d’Aix-Marseille au Département d’études asiatiques et membre de l’Institut de Recherches Asiatiques (IrAsia), est le lauréat en 2018 d’une Advanced Grant de l’ERC (European Research Council). Il est le seul historien français retenu dans le Panel SH 6 The Study of the Human Past. Cet Advanced Grant est financé à hauteur de 2,5 millions d’euros pendant cinq ans. Il permettra de constituer une équipe pluridisciplinaire dans laquelle sont impliqués deux autres laboratoires d’AMU (Laboratoire Parole et Langage, Laboratoire Informatique et Système) et de recruter de jeunes chercheurs post doctorants, des doctorants, ainsi que des ingénieurs en informatique et en data science. Le projet s’inscrit aussi dans un large réseau international de chercheurs en Europe (Bristol, Lancaster, Leiden, Bale, Göttingen), en Chine (Shanghai) et Taiwan (Academia Sinica).

Le projet —Elites, networks, and power in modern urban China (1830-1949). Historical “big data” in modern Chinese history — apporte un changement radical dans l’étude de la Chine moderne en se fondant sur une « histoire riche en données » (data-rich history). La question clé que le projet aborde est de dépasser les limites existantes d’accès à l’information historique inscrite dans des sources complexes et sa transformation en données raffinées, réutilisables et durables pour l’étude contemporaine et future de la Chine moderne. Il mobilise des données historiques massives et précises, extraites de sources jusqu’ici inexploitées (directories, dictionnaires, etc.) tout en remodelant l’analyse des sources existantes (presse quotidienne et périodique). En se situant à une échelle encore jamais atteinte, ce projet donne une nouvelle dimension à l’étude de la transformation des élites dans la Chine de la fin de l’empire à 1949. Pour établir la validité de cette nouvelle approche, le projet se concentre sur les trois zones urbaines qui ont eu l’impact le plus profond sur le cours de l’histoire chinoise moderne (Shanghai, Beijing / Tianjin, Canton / Hong Kong).

Au plan des méthodes, le projet vise à dépasser les limites existantes d’accès à l’information historique : comment extraire l’information historique des sources complexes où elles sont intégrées ? Comment la transformer en données raffinées, durables et réutilisables pour l’étude actuelle et future de la Chine moderne ? Comment traiter les caractéristiques linguistiques diverses des sources en langue chinoise ? A cet effet, le projet va déployer un éventail de méthodes numériques de pointe — y compris fouille de données, machine learning, natural language processing — dans un environnement de recherche virtuel intégré. Au-delà, il entend développer des outils et des méthodes innovantes réutilisables plus généralement par la communauté des chercheurs.